Projection de trois films :
Annonces (2013), D’une langue à l’autre (2004), et Circoncision (2000).

Nurith Aviv a réalisé dix films et fait l’image d’une centaine de fictions et documentaires avec entre autres, Agnès Varda, Amos Gitai, René Allio…Passionnée par les langues, par le passage de l’une à l’autre, Nurith Aviv a réalisé ces dernières années une trilogie autour de l’hébreu. Elle enseigne dans des écoles de cinéma en France, en Allemagne et en Israël et participe à l’émission d’Arte : Die Nacht / La nuit. Une rétrospective de ses films a eu lieu au Jeu de Paume en 2008. Elle a été lauréate du prix Edouard Glissant en 2009. Parmi sa filmographie: Traduire (70’, France-Israël), Langue sacrée, langue parlée (73’, France-Israël), L’alphabet de Bruly Bouabré (17’, France-Allemagne), D’une langue à l’autre (55’, France-Israël-Allemagne- Belgique), Vaters land/Perte (30’, Allemagne-France), Allenby, passage (5’, Israël), Makom, Avoda (81’, France-Israël-Allemagne), La tribu européenne...

Annonces (64’)

Le film esquisse le portrait de sept femmes qui composent sur un même thème. Elles prennent pour point de départ les récits des Annonces faites à Hagar, Sarah et Marie, que rapportent l’Ancien Testament, le Nouveau Testament et le Coran. Chacune de ces femmes, en y mêlant sa propre histoire, ses mythes personnels, tire le fil de ses associations à travers la mythologie, l’histoire de l’art, la poésie, la philosophie, la psychanalyse… Annonces est un film sur le mouvement de la pensée, le pouvoir des mots, le secret de la voix, la séduction de l’image.

Avec : Barbara Cassin, Marie Gautheron, Ruth Miriam HaCohen Pinczower, Marie José Mondzain, Haviva Pedaya, Sarah Stern, Rola Younes.

Misafa Lesafa
D’une langue à l’autre (55’)

«Parfois je me réveille avec l’angoisse que l’hébreu appris avec tant de peine s’évanouisse disparaisse.» (Aharon Appelfeld)

«Du moment où j’ai voulu pénétrer l’hébreu et écrire, j’ai dû assassiner la langue russe, l’éliminer.» Meir Wieseltier

«Je parle de mon hébraïté et mon arabité comme de deux essences que relie un point aveugle.» Haviva Pedaya

L’hébreu qui, pendant des siècles, fut une langue sacrée, langue d’écriture et de prière, est désormais une langue du quotidien en Israël. Mais si cet hébreu a pu s’imposer en quelques décennies cela n’a pas toujours été sans violence envers les langues parlées avant.

Neuf personnes – poètes, chanteurs, écrivains – évoquent la relation entre l’hébreu et l’autre langue, la langue de leur enfance, dont la musique résonne encore, même quand on ne la parle plus.

Circoncision (52’)

Selon l’Ancien Testament, la circoncision est un signe, gravé dans la chair, de l’alliance entre Dieu, Abraham et sa descendance. Les musulmans la pratiquent en se référant aussi à Abraham mais sans que cette tradition ne soit inscrite dans le Coran. Dans le monde chrétien, on a célébré la circoncision du Christ pendant des siècles, à la date du 1er Janvier. La mention « circoncision « figurait dans tous les calendriers français jusqu’en 1961. Aujourd’hui la circoncision est pratiquée surtout par les Musulmans, par les Juifs mais également, par la majorité des hommes aux Etats-Unis. Le film n’explore pas la dimension religieuse de la circoncision : les hommes et les femmes qui s’expriment ne sont pas pratiquants. Cependant la circoncision est pour eux source de questionnement. Leurs interrogations tournent autour de cette marque sur le corps, mais aussi autour de la filiation, de l’héritage culturel, de la transmission. Cette question se pose de façon plus aiguë chez des couples dits mixtes, pour qui la décision de circoncire ou de ne pas circoncire peut provoquer des émotions intenses pouvant aller jusqu’au conflit.